mercredi 12 février 2014

Bye Bye California

Dernier épisode du voyage californien. J'avais posté la vidéo sur YouTube il y a déjà quelques temps mais je n'avais pas eu l'occasion de le faire ici.

Dans cet épisode direction Santa Barbara et retour à L.A. Enjoy !


Oriane

dimanche 26 janvier 2014

Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée...


Par où commencer pour vous parler de ce livre... Beaucoup d'entre vous l'ont certainement déjà lu ou en ont au moins entendu parlé. Pour ma part c'est lorsque Christiane Felscherinow est venue sur le plateau du Grand Journal pour la sortie de la suite de ce premier livre, que j'ai eu envie de lire ce témoignage bouleversant. 

Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée... a été écrit par deux journalistes allemands à la suite de divers entretiens avec Christiane ainsi que ses proches et notamment sa mère. Ce n'est donc pas une fiction mais ce n'est pas un livre à sensation non plus. On y suit le quotidien de Christiane et surtout sa chute. Battue par son père, aînée voulant protéger sa cadette, privée de toute autorité maternelle, Christiane a dû grandir trop vite et sans repères. Ses parents l'aiment mais ne lui transmettent pas cet amour. Elle ne connaît que la violence et la faiblesse, la lâcheté. A l'école, elle cherche donc à tout prix à s'intégrer afin de se constituer une famille protectrice qu'elle n'a pas à la maison. Malheureusement, les ravages de la drogue parmi les jeunes sont déjà très importants à la cité Gropius, lieu de son enfance.  Commençant par la consommation de cannabis afin de correspondre au modèle imposé par "le bande", Christiane s'enfonce innocemment dans le monde de la drogue jusqu'à être prise au piège, jusqu'à la prostitution pour financer ses doses d'héroïne. 

Ce livre est dur car il nous rappelle notre vulnérabilité. Difficile d'associer enfance et drogues, innocence et violence, cependant, ce n'est pas simplement le jeune âge de Christiane qui choque mais plutôt ses perpétuelles rechutes. Les émotions sont très fortes : on s'attache au personnage, on a envie de l'insulter de foutre sa vie en l'air comme ça, on éprouve de la compassion, on espère et on veut y croire à chaque nouveau sevrage, on est déçu la première fois où elle replonge, on y croit à nouveau et puis on fini par se lasser, par croire que c'est un cercle vicieux dont il lui est impossible de sortir. 

Aujourd'hui, Christiane revient avec un nouveau livre dans lequel elle raconte sa vie après la parution du 1er tome. Comment elle a été à nouveau prise au piège par la drogue et la célébrité qui ont suivi. Je ne l'ai pas lu mais je vous conseille de consulter cet article du Monde datant du 4 Octobre 2013 : Moi, Christiane F., 51 ans, toujours vivante.

Je passe maintenant à une lecture beaucoup plus légère : Divergent, le nouveau best-seller aux USA et qui sortira au cinéma en Mars prochain. Je vous en parle dès que j'achève les 470 pages du roman !

xo

Oriane

dimanche 19 janvier 2014

Sur la route

Suite de notre mini-aventure californienne avec la découverte de San Francisco. Une ville pour laquelle nous avons eu un gros coup de coeur du fait de son originalité architecturale et de son effervescence.

Je vous laisse découvrir en images ces deux jours remplis de belles découvertes !

Enjoy ;)


Oriane

Her de Spike Jonze

Joaquin Phoenix dans leur rôle d'un écrivain un peu paumé

Séduite par la bande-annonce mais aussi l'affiche du film, je suis allée voir Her, le dernier film de Spike Jonze (Dans la peau de John Malkovich, Max et les maximonstres...). J'en suis sortie assez mitigée.

Ce film retrace l'histoire d'un écrivain -Theodore Twonbly- qui écrit des lettres d'amour à la place de ses clients. Mais l'amour qu'il transmet indirectement aux autres, Theodore ne le connaît pas ou plus puisqu'il est en instance de divorce. Il mène une vie remplie de solitude jusqu'au jour où il décide de se procurer un nouveau système d'exploitation pour son ordinateur. La particularité de cette OS* étant qu'il correspond parfaitement à son propriétaire, il est programmé en fonction de sa personnalité. Celui de Theodore s'appelle Samantha (interprété par Scarlett Johansson). Très vite les deux protagonistes tombent amoureux l'un de l'autre malgré leur incapacité à entrer en contact physiquement. Mais la programmation évolutive de Samantha la pousse à s'émanciper de plus en plus, jusqu'à ce qu'elle devienne quasiment un individu à part entière. Her retrace donc l'histoire d'amour entre un humain empli par la solitude et une machine en quête d'identité.

Si je devais porter un regard critique sur ce film, je dirais qu'il souffre de deux choses. Tout d'abord il y a de grosses longueurs. Au bout de la première heure du film, on se demande comment le scénario va tenir une heure de plus (le film dure deux heures au total). Ces longueurs sont accentuées par le fait que tout le film tourne autour d'un unique personnage puisque Samantha n'est qu'une voix dans un ordinateur. De plus, la trame simpliste du scénario permet au spectateur de facilement imaginer la fin et donc pas besoin d'étirer les dialogues au maximum, de multiplier les scènes, bref, de rendre complexe une histoire d'amour finalement tout à fait banale. Cependant, il n'y a pas que des points négatifs : les performances de Phoenix et Johansson sont plus que convaincantes, les images très belles ainsi que les décors. J'ai particulièrement apprécié certains détails du film et notamment les costumes. Le scénario prenant place dans un futur proche, aucune date n'est annoncée, les personnages n'ont pas un mode de vie très différent du nôtre mais si l'on observe correctement on remarque par exemple que les pantalons se portent plus haut qu'à notre époque où on ne jure que par le taille basse. J'ai remarqué également que l'architecture de Downtown L.A., lieu principal du tournage, avait subi quelques modifications et notamment en ce qui concerne le nombre de buildings présents. 

Her est donc un "beau" film puisque très esthétique mais qui pâtit d'une réalisation quelque peu monotone comme si Spike Jonze avait couché sur pellicule un de ses fantasmes sans réellement prendre en compte le plaisir des spectateurs. 


*Operating System

vendredi 17 janvier 2014

Almost Human, le remake puritain de Blade Runner


Passant tous les jours devant les studios de la Fox situés juste à côté de mon travail, je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer leurs affiches géantes mettant en avant les divers programmes de la chaîne. Une bonne technique commerciale donc, puisque c'est par cette publicité que j'ai commencé la série Almost Human. Ce n'est pas la révolution de l'année mais ça reste un très bon divertissement. 

L'intrigue se passe en 2048 et se focalise sur l'amitié naissante entre un policier, le détective John Kennex et son partenaire humanoïde Dorian. Pas besoin de vous en dire vraiment plus mis à part que la série peut être comparée à une sorte de Blade Runner édulcorée. Je ne vous cache pas que le scénario ne présente pas d'originalité particulière et qu'il est facile d'en deviner les grandes lignes et pourtant je suis tout de suite rentrée dedans. Malheureusement la série produite par J.J. Abrams ne passe pas encore en France.

Et puis pour ceux qui ne seraient pas convaincus par ce pur produit hollywoodien, n'oubliez pas le retour de Sherlock dimanche (sortie US) sur PBS ! J'imagine que tous les fans ont déjà visionné ce mini épisode mais si ce n'est pas le cas, le voici :



Bises

Oriane

dimanche 12 janvier 2014

On the road again!

Ces vacances de Noël étaient un peu spéciales puisqu'à des milliers de kilomètres de la France je ne pouvais pas passer les fêtes de fin d'année en famille. Et voilà que ma mère m'annonce qu'elle vient me rendre visite ! Une très belle surprise enfin surtout pour moi... La pauvre a dû subir mon enthousiasme et ce séjour n'a pas été de tout repos. En une semaine nous avons visité Los Angeles, San Francisco et Santa Barbara ! 

Plutôt que de vous noyer de posts interminables, je vous conseille de vous rendre sur ma chaîne YouTube afin que vous puissiez suivre nos aventures. Pour le moment je n'ai publié que le 1er épisode, la suite arrive bientôt :)



Bises

Oriane

lundi 23 décembre 2013

Downtown L.A.

Et voilà un article "guide touristique" dans lequel je vous présente un de mes quartiers préférés de Los Angeles : Downtown. 


Lorsque je dis adorer cet endroit, les Américains sont étonnés et me demandent ce que je lui trouve. Réputé pour être assez mal-famé, ce quartier est pour moi un des épicentres de la ville. Downtown tire sa force du foisonnement de cultures qui s'y côtoient et le communautarisme y est très fort. D'une rue à l'autre on passe du Japon (Little Tokyo) au Mexique (El Pueblo) en passant par l'Amérique des années 30. Mieux qu'un cours d'histoire des Etats-Unis, une visite de Downtown vous en apprendra un peu plus sur la création de ce pays qui tire sa force de son immigration depuis sa création au XVIIIème siècle. 

Pour ceux qui n'auraient pas le courage de lire ce long post, vous pouvez également retrouver la vidéo de ma visite de Downtown à la fin de cet article. Pour d'autres vlogs américains, je vous donne rendez-vous sur ma chaîne YouTube. Enjoy !

Quelques infos pratiques avant de commencer :
Durée de la ballade : comptez environ 3h
A avoir sur soi
  • 1 guide touristique qui vous donnera quelques indications sur l'histoire des différents endroits visités, ex: Lonely Planet Los Angeles ou Lonely Planet Californie. Je vous conseille au moins de faire quelques recherches avant afin de mettre en perspective toute la richesse du quartier.
  • 1 bonne paire de chaussures ! Nous sommes aux Etats-Unis et Downtown est assez étendu. Si vous souhaitez vous y rendre garez votre voiture et marchez car beaucoup de détails sont à voir et il faut prendre son temps.
  • 1 appareil photo. Pas d'obligation ici mais je trouve que prendre le temps de faire des photos est aussi un bon moyen de découvrir une ville car on s'attarde plus facilement sur les détails.
Comment s'y rendre ? En voiture, en bus (notamment la ligne 28 qui traverse la ville d'Est en Ouest) ou en métro.

Où manger ? Les amateurs de cuisine du monde seront servis, on trouve absolument tout ! Si vous êtes plutôt sushis, rendez-vous dans Little Tokyo. Envie d'un bon repas américain ? Je vous conseille le $.05 dinner (Adresse : 524 Main St) parfait pour les petits budgets. Et si vous êtes indécis, direction Grand Central Market, c'est simple toutes les cuisines du monde y sont présentes (enfin peut-être pas la cuisine française...).

Et c'est parti pour une visite guidée de Downtown ! Pour ceux qui ne souhaiteraient pas ou n'auraient pas le temps de faire cette longue balade, j'ai essayé de découper l'article en plusieurs étapes et ainsi libre à vous de vous constituer votre propre parcours.


Le Fashion District


1ère étape du Fashion District : Santee Alley

Lorsque vous commencez à marcher dans Downtown et comme dans la plupart des endroits de L.A., la rue vous paraît calme car comme dit la chanson "Nobody walks in L.A.". Pas faux mais bien souvent c'est dommage car les Américains ont tendance à vivre dans leur bulle et à ne pas se confronter au monde qui les entoure. Ils en oublient de visiter leur ville et ne connaissent que des "point de rendez-vous", des lieux où ils ont l'habitude de se retrouver, leur travail, leur rue. Bref, tout ça pour vous dire que cette impression de solitude se dissipe très vite plus vous vous rapprochez du Fashion District où se côtoient marchands ambulants et boutiques cheap. C'est simple tout le mauvais goût y est concentré et bien qu'on ne soit pas réellement tenté par l'achat de talons de 15 cm avec extérieur léopard, intérieur moumoute rose et strass sur la semelle, l'ambiance effervescente qui règne vous donne l'illusion d'être à Cuba ou dans un pays d'Amérique Latine. La langue la plus parlée y est sans aucun doute l'Espagnol. Aux Etats-Unis, le communautarisme est tellement prononcé qu'une grande partie de la population immigrée ne parle pas l'anglais. L'entre-soi fait loi et le mélange est en fait assez rare. 

Si mes souvenirs sont bons le bus s'arrête un peu avant Olympic & Broadway. Descendez à cet arrêt avant qu'il ne s'aventure plus vers le centre de Downtown. Continuez ensuite sur Olympic en direction de l'Est. Un peu plus loin des dessins au sol vous indiqueront que vous vous trouvez bien dans le Fashion District. Continuez à marcher jusqu'à ce que vous croisiez ce qu'on appelle la "Santee Alley". Il ne faut pas avoir peur de la foule car une fois dedans vous ne pourrez plus reculer. Laissez-vous porter et ce jusqu'à ce que vous arriviez sous une sorte de marché couvert où vous trouverez de nombreux restaurants mexicains aux plats rivalisant de calories. Une fois cet espace visité vous pouvez soit vous risquez à faire le chemin en sens inverse ou prendre une des rues adjacentes un peu plus tranquilles et où s'altèrnent vendeurs ambulants de nourriture mexicaine et vendeurs de fruits rafraîchissants pour les jours de grosse chaleur. On s'imprègne très rapidement de l'ambiance chaude des rues du Fashion District ce qui vous permettra de passer assez vite à un autre quartier. N'oubliez pas de lever les yeux afin d'apercevoir les vieux bâtiments art déco aux détails époustouflants et trop rares dans cette ville symbole de modernité et souvent réduite à son aspect superficiel. 


Le centre historique de Downtown


Après cette ballade aux accents latinos, je vous conseille de vous rendre dans le cœur historique de Downtown. Je n'ai pas réellement d'itinéraire à vous conseiller pour rallier ces deux points et c'est d'ailleurs en s'aventurant dans ces rues que l'on tombe sur de belles découvertes pas toujours indiquées dans les guides touristiques. Une fois arrivé au centre de Downtown, promenez-vous sur Broadway où vous pourrez admirer la plus grande concentration de vieux théâtres comme l'Orpheum Theatre ou encore le Los Angeles Theatre. Malheureusement ils ne sont pas ouverts à la visite, il faut aller voir un spectacle pour pouvoir y entrer. Petite anecdote pour les Français, l'Orpheum a accueilli les concerts de Johnny Hallyday ou encore de Vanessa Paradis (cocorico !). Sur Broadway vous trouverez également ce magnifique immeuble turquoise de style art déco (cf. photo ci-dessous). Le Eastern Columbia Building a été bâti en 1930 par l'architecte Claud Beelman à qui l'on doit de nombreux autres bâtiments de Los Angeles comme le Garfield Building. Malheureusement ce bijou d'architecture n'est pas accessible à la visite.

Cette partie de Downtown est pour moi une des plus riches, c'est pour cela qu'il est difficile de vous donner seulement quelques points de repères. Toutefois, il me semble que certains lieux sont incontournables, voici donc une liste de mes must-see :
  • Le Bradbury Building. Pour en voir quelques images, n'hésitez pas à regarder ma vidéo. Il est possible d'avoir accès au hall d'entrée, le reste du bâtiment étant désormais occupé par des bureaux. Pour ceux qui n'en ont pas entendu parlé, le Bradbury Building a servi de lieu de tournage à Blade Runner ou encore The Artist. L'intérieur est magnifique ! Adresse : 304 Broadway, Los Angeles, CA 90013
  • Grand Central Market. Si jamais vous avez une petite faim et envie de cuisine du monde alors je vous recommande vivement ce lieu très convivial où tous les goûts culinaires seront satisfaits. Adresse : 317 Broadway, Los Angeles, CA 90013
  • The Last Bookstore. Il faut bien chercher pour trouver cette librairie un peu particulière. Loin de l'industriel Barnes & Nobles, The Last Bookstore est un endroit rare à Los Angeles. C'est ce qu'on pourrait clairement définir comme étant un Concept Store. Vous pouvez acheter et revendre vos livres. Il existe également un espace réservé à des conférences où trône un vieux canapé lacéré en cuir bordeaux. Espace à côté duquel les amoureux de vinyles pourront flâner pendant des heures. A l'étage vous pourrez vous perdre dans les dédales de livres et admirer les créateurs en tout genre qui disposent chacun d'un petit espace. Bref, difficile de décrire cet endroit, je vous conseille donc de regarder ma vidéo pour avoir une vision d'ensemble. Adresse : 453 S Spring St, Los Angeles, CA 90013
  • Enfin pour les plus curieux, je vous recommande d'entrer dans Grand Central Market par Broadway et de ressortir par l'arrière où vous attendra un funiculaire super mignon (attention il est souvent en réparation et vous devrez peut-être prendre les escaliers pour poursuivre cette aventure).


Direction El Pueblo



El Pueblo est le quartier le plus ancien de Los Angeles, il date de la période hispanique. Mais avant de vous y aventurer vous trouverez sur votre chemin des incontournables comme le MOCA, musée d'art contemporain ou le Walt Disney Concert Hall à l'architecture imposante et moderne. Pour ce qui est du MOCA je vous conseille d'y aller un autre jour car la visite du musée peut prendre un certain temps. Cette partie de Los Angeles n'est pas la plus riche en termes d'architecture mais elle offre une vue d'ensemble de Dowtown car elle est logée dans les hauteurs de la ville. Une fois que vous êtes passé devant le Walt Disney Concert Hall, redescendez une ou deux rues puis prolongez votre chemin jusqu'à El Pueblo. Vous devriez alors passer devant l'Hôtel de Ville dont la construction fut achevée en 1928 (Adresse : 200 N Spring St). 

Enfin arrivé à El Pueblo, vous pourrez admirez les bâtiments d'inspiration mexicaine. Je dis d'inspiration car je ne suis pas sûre que tout cela date du XVIIIème siècle. Le quartier est extrêmement chaleureux et bien souvent on y entend de la musique en provenance d'Amérique Latine et beaucoup de Latinos aiment s'y retrouver pour danser. De l'autre côté de la rue se trouve Union Station, la gare de Los Angeles. Et oui le train existe mais il est plus coûteux qu'en France. 

Sur le chemin du retour n'hésitez pas à faire un tour dans Little Tokyo. Ce n'est pas ce qu'il y a de plus réussi car c'est extrêmement petit et pas aussi dense que le Fashion District mais ça vaut le détour notamment si vous souhaitez manger des sushis pas trop chers, faire le plein de Hello Kitty ou acheter un bonsaï. 


Et voici la fameuse vidéo réalisée il y a quelques mois :


Retour des vidéos sur ma chaîne début Janvier ! 

Merci à ceux qui auront lu ce post. Comme vous l'aurez compris je pourrais parler de Downtown pendant des heures et des heures (des pages et des pages) donc il y en aura certainement d'autres au fur et à mesure que je découvre ce quartier pleins de ressources. De toute façon je crois que la ville est tellement grande que personne ne peut vraiment en connaître les moindres recoins. 

xo

Oriane